Projet ANR Nanoplastics

 

Microplastics, nanoplastics in the marine environment: characterization, impacts and sanitary risk assessment.

Financement ANR obtenu sur le plan d'action 201: 542k€, 2016-2020

Porteur: Fabienne Lagarde, IMMM

Partenaires: LEMAR, Ifremer, GEPEA, LM2E, ANSES, CEDRE, CTTM

Pour plus d'informations : http://nanoplastics.univ-lemans.fr/fr/index.html

Plusieurs millions de tonnes de plastiques entrent dans les mers et les océans chaque année sous formes de macro-déchets, de microbilles (d'origines industrielle, cosmétique, etc...) et de fibres. Lors de leur séjour dans l'environnement, ces plastiques subissent l'abrasion mécanique des vagues et courants, l'oxydation des UV  et se fragmentent  en particules. L'ensemble des fragments de plastiques de tailles inférieures à 5 mm sont appelées microplastiques (MP). Les études scientifiques menées récemment autour de la planète montrent que ces microplastiques  sont omniprésents dans toutes les régions du globe, des zones côtières les plus peuplées aux zones polaires. Ils sont aussi présents dans les sédiments et la plupart des organismes marins étudiés.

Si leurs sources commencent à être bien identifiées, leurs voies de transformation et de disparition et leur interaction avec la vie aquatique sont encore peu connues. La fragmentation des microplastiques en fragments de tailles inférieures au µm, appelés nanoplastiques (NP), est par exemple non évaluée à ce jour et les protocoles analytiques actuels ne permettent pas de vérifier la présence des NP dans l'environnement.

Ce projet inter-disciplinaire a pour objectif d'étudier l'ensemble des voies de disparition des MP/NP dans l'environnement marin et de mettre en évidence les interactions de ces particules avec les organismes aquatiques (cf schéma). Grâce à un consortium constitué de physicien, chimistes, physico-chimistes, physiologistes, microbiologistes, écotoxicologues et océanographes, tous les aspects liés au devenir de ces particules  polymères seront étudiés: leurs propriétés physico-chimiques, leur dégradation ultime (WP1-2), leur pouvoir de concentration et de vectorisation de molécules chimiques (WP3) et de microorganismes (WP4), leur impact sur des organismes modèles et leur transfert dans la chaîne trophique jusqu'à l'analyse des risques pour la consommation humaine (WP5-6). Ces études porteront à la fois sur des particules modèles et des essais de laboratoires et sur des particules prélevées sur le terrain.

Par Fabienne Lagarde

Nos Tutelles

Nos partenaires institutionnels

Contact

Responsables de la thématique

Animateurs de la thématique Polymère :

immm-anim-pol @ univ-lemans.fr